EPIVAC DUO 210052 cave - Peugeot Saveurs

À la fin d’un repas, il vous est sûrement déjà arrivé de vous retrouver avec une bouteille de vin à peine entamée sur les bras… Alors, que faire ? Il ne serait pas raisonnable de la terminer le soir même, et encore moins de se résigner à la vider dans l’évier. Mais, comment conserver parfaitement les saveurs du vin pendant plusieurs jours ? Comment savoir qu’il n’est plus consommable ? Pour répondre à ces questions, nous vous présentons les différents facteurs influant sur la qualité du vin et vous dévoilons des techniques simples de conservation.

Quels sont les trois ennemis majeurs du vin ?

Le vin est un nectar fragile qui, une fois ouvert, peut s’abîmer très rapidement. Il existe trois principaux facteurs qui accélèrent sa dégradation et contre lesquels vous devez lutter : l’oxygène, la chaleur et la lumière.

L’oxygène : aérer un peu mais pas trop

À l’abri dans sa bouteille, un vin peut vieillir tranquillement plusieurs années. Mais, une fois le bouchon extrait, l’air entre en contact avec le vin créant un phénomène d’oxygénation. Dans les premières minutes ou heures, ce procédé a un rôle bénéfique car il permet au vin de s’ouvrir, c’est-à-dire de libérer l’ensemble de son bouquet. Mais, si le temps d’exposition du vin à l’air libre s’éternise, les saveurs s’altèrent provoquant en bouche une certaine acidité, une perte de fraîcheur ou une platitude aromatique. En réalité, un nouveau composé, l’éthanal, est en train de se former, donnant au vin ces notes de pomme un peu mûre voire blette. Enfin, dans la continuité, le vin se transforme progressivement en vinaigre sous l’action de bactéries acétiques.

Bon à savoir : les vins naturels issus de l’agriculture biologique ou biodynamique contiennent bien moins de sulfites que les vins conventionnels, par conséquent ils sont généralement plus rapidement dégradés par l’oxygène.

La température : éviter les climats chauds

Un vin n’aime pas la chaleur. Plus il fait chaud, plus il s’altère car les hautes températures ont tendance à accélérer le processus d’oxydation du vin. Il faut donc absolument éloigner votre bouteille de toute source de chaleur : plaques de cuisson, four ou soleil. Idéalement, maintenez votre vin dans un lieu sec et frais, à une température stable autour de 15 degrés. Pour le vin blanc, le rosé ou le champagne, une conservation au réfrigérateur est l’idéal. Vous pouvez également y mettre votre bouteille de vin rouge mais il faudra bien penser à la sortir quelques heures avant le service.

La lumière : à protéger des rayons UV

Les rayons UV générés par la lumière du soleil et les lumières artificielles accentuent l’oxydation du vin créant ce qu’on appelle un “goût de lumière”, qui désigne des odeurs désagréables de chou-fleur cuit ou de laine mouillée. Ceci explique que les bouteilles sont teintées en brun ou en vert. Mais, comme la teinte ne fait pas tout, il faut bien penser à conserver votre vin dans le noir, soit dans une cave, soit dans un placard ou tout simplement dans une caisse.

Combien de temps pouvez-vous conserver une bouteille de vin ouverte ?

Tous les vins ne sont pas logés à la même enseigne en matière de conservation car  cela dépend de leur composition. Par exemple, l’acidité, le tannin ou la sucrosité offrent une plus grande résistance du vin à l’oxydation. Dans les vins moelleux, le sucre empêche le développement des bactéries acétiques. À contrario, des vins souples, délicats, peu acides s’oxydent plus rapidement. L’âge du vin peut également jouer sur le temps de conservation. Ouverts, des vins vieux se gardent bien moins longtemps que des vins jeunes.

Voici quelques indications de conservation pour chaque type de vin :

  • Champagne ou autres vins effervescents : quelques jours avec un bouchon spécifique comme le bouchon à champagne Epivac.
  • Vin rouge et vin blanc sec : à consommer dans les 3 à 5 jours maximum en fonction du type de vin et des conditions de conservation.
  • Vin blanc moelleux : à consommer dans le mois dans des bonnes conditions de conservation.